Rogue Lultime Affrontement Critique Essay

Publiée le 02/09/2015

Rédiger une « critique » constructive sur « Rogue, l'ultime affrontement » est un véritable défi. Il faut dire que tout est déjà dit dans le titre et la présence à l'affiche de Jet Li et Jason Statham n'arrange rien. Je m'explique : Quand un réalisateur, Philip G. Atwell en l’occurrence, se donne la peine de rassembler deux des plus grands noms du film d'action, ce n'est pas pour faire de la poésie. Alors il ne faut pas s'attendre à des miracles... Effectivement le scénario est d'une pauvreté qui frise l'indigence ! Certes les dialogues ne sont pas signés Audiard et la portée philosophique de l'ensemble ne risque pas de provoquer le moindre début de céphalé au spectateur, même le plus attentif. Mais concernant l'action alors là, pardon, c'est du lourd ! Les scènes de fusillades, de combats au sabre, à mains nues, ou avec tout ce qui passe à portée, s’enchaînent avec une régularité qui rendrait jaloux n'importe quel horloger Suisses ! Du coup, on ne voit pas le temps passer et on jubile du début à la fin devant cette débauche de violence, totalement gratuite, mais visuellement réjouissante. Du pur, du grand cinéma de divertissement, impressionnant, sans le moindre intérêt pédagogique mais aux vertus anxiolytiques indiscutables. Alors pourquoi s'en priver ?

Partagez :FBfacebookTWTweetG+Google

Une série B peu costaude qui sous-emploie son casting viril jusque dans ses paresseuses scènes d’action.

L’argument : Depuis l’assassinat de son meilleur ami, l’agent du FBI Jack Crawford n’a plus qu’une obsession : retrouver Rogue, celui que tout désigne comme coupable, et faire justice lui-même. Mais comment attraper le plus redoutable des tueurs, un véritable fantôme capable d’apparaître n’importe où pour semer le chaos avant de s’évanouir dans la nature ?
Lorsque Rogue refait surface, aussi mystérieux qu’insaisissable, il déclenche une guerre spectaculaire entre la mafia chinoise et les yakuzas japonais. Malgré les risques, Crawford est plus que jamais décidé à en finir avec Rogue et se jette dans la mêlée.
Alors que la guerre des gangs fait rage, Crawford va s’approcher de plus en plus de son ennemi et découvrir le secret qui se cache derrière chaque combat...

Notre avis : Jet Li vieillissant serait-il devenu indigne de ses scènes d’action d’antan ? On se refuse à le croire. Dans un rôle violent de tueur fantomatique dressant à San Francisco les triades contre les yakuzas, le comédien n’est que l’ombre d’un personnage traversant froidement l’écran, pourchassé par un Jason Statham assoiffé de vengeance en quête d’un "ultime affrontement" qui n’aura pas vraiment lieu. Les scènes de combat et de tueries collectives tentent de trouver du souffle dans le montage hypercut digne d’un mauvais vidéo clip sans jamais chercher à exploiter l’impressionnante énergie de Li, ici tout en retenue, et de Statham qu’on a vus tous deux plus hargneux dans des productions Besson cent pour cent françaises pourtant bien plus convaincantes (Le baiser mortel du dragon et Danny the dog pour l’acteur pékinois et la série des Transporteur pour le Britannique). Ereinté par un visuel laid, Rogue essaie de surnager dans la médiocrité mais échoue dans la cour des petits, apercevant vaguement au loin les blockbusters explosifs ou les séries B musclées qui, elles, peuvent faire encore illusion dans les salles de multiplexes. Une mauvaise note générale pour un moment de vidéo un brin regardable mais clairement dispensable.

Frédéric Mignard

0 thoughts on “Rogue Lultime Affrontement Critique Essay”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *